MR_MANCHETTE-lichtblauw en wit

Mr. Manchette convainc les fans de mode équitable avec des chemises durables

« Mettez les vêtements équitables dans les magasins où les gens ont l’habitude de se rendre, ils pourront alors faire le choix de la chemise la plus durable. »

« Nos chemises doivent avant tout être choisies par l’acheteur pour leur style et leur qualité, pour démontrer que cela va parfaitement de pair avec l’équité et l’écologie ». C’est An Boone, fondatrice de la marque belge de mode équitable Mr. Manchette, qui s’exprime ainsi. Avec ses chemises durables pour hommes, elle comble une lacune dans les magasins de vêtements conventionnels et les magasins de mode équitable.

« La mission de Mr. Manchette est de convaincre les gens encore fermés à la mode équitable et écologique », déclare An. Les chemises pour hommes sont un produit idéal pour cela.

C’est parti d’une plaisanterie

Mr. Manchette a commencé par une plaisanterie, dit l’entrepreneuse. « Comme nous ne pouvions pas trouver de chemises durables à son goût, mon mari a plaisanté en disant que je pourrais lui en faire ». Mais à part les vêtements pour ses enfants, An n’avait pas beaucoup d’expérience en couture. Alors qu’elle s’attarde sur une paire de chemises pour homme, une idée mûrit.

Dans son travail de l’époque, un poste de marketing dans le secteur alimentaire, l’aspect durabilité lui manquait. «La société a pris des mesures dans la bonne direction, mais trop lentement à mon goût. Je voulais faire quelque chose pour rendre le monde plus beau. Ce sentiment est devenu de plus en plus fort avec le temps. A la même période, nous étions en vacances en Estrémadure. Une belle région du centre de l’Espagne, mais aussi une région très pauvre. Cela m’a fait réfléchir : avec un atelier de couture, je pourrais créer des emplois dans une région comme celle-ci … »

« J’ai eu envie d’envisager sérieusement cette ‘drôle’ d’idée. Pour mieux connaître le monde de la mode durable, elle s’est portée volontaire pour le premier Fair Fashion Fest à Gand, un événement qui met la mode équitable sous les feux de la rampe. Elle a interrogé les visiteurs. Beaucoup de gens recherchaient ce que j’avais en tête : des chemises pour hommes élégantes faites de matériaux durables et issus du commerce équitable. Or les marques durables ne proposaient que peu ou pas de chemises. Il m’est apparu assez logique de créer ma propre marque. »

Voici comment sont créées ses chemises écologiques et équitables

Une chemise Mr. Manchette est équitable et écologique. An Boone est très fière que les tissus et les chemises soient fabriqués dans de bonnes conditions de travail.

Un créateur professionnel de vêtements a conçu les modèles des premières collections. Maintenant qu’ils sont finalisés, An en adapte elle-même les détails saison après saison. « J’ajoute par exemple une poche ou je prévois des boucles auxquelles vous pouvez attacher les manches roulées », dit-elle.

Elle choisit les tissus, généralement du coton biologique certifié GOTS ou du Tencel (lyocell), en collaboration avec son principal fournisseur portugais. « Ils réfléchissent avec moi  pour que cela reste financièrement acceptable tout en étant durable. Comme leur gamme de tissus écologiques est assez limitée, ils tissent les tissus spécialement pour Mr. Manchette. De plus, j’aime travailler avec mes propres motifs, imprimés numériquement sur tissu. Ce processus est lui aussi certifié GOTS. »

La préparation finale des chemises est entre les mains d’un petit atelier de couture, également au Portugal. « Vous ressentez le respect des employés là-bas, même si l’entreprise n’a pas de certificat de commerce équitable. J’y vais de temps en temps et je pose les questions « ennuyeuses » sur la façon dont tout fonctionne. L’attention portée au social est ancrée dans tout. On a pu le voir récemment lors de la crise du coronavirus. Elles ont immédiatement arrêté la production : avant de reprendre leur activité comme à l’habitude, les couturières ont été autorisées à fabriquer des masques buccaux pour elles-mêmes et leur famille. »

Se distinguer et avoir des ambassadeurs

Les chemises de Mr. Manchette se distinguent à la fois dans le magasin de mode conventionnel et dans le magasin de mode équitable. An Boone : « Notre style est plus commercial que décontracté, vous pouvez parfaitement porter les chemises avec une cravate ou un nœud papillon. On n’en trouve pas beaucoup parmi les produits écologiques et équitables. On se différencie aussi dans les magasins conventionnels parce que nous sommes la seule marque de chemises 100 % durable en Belgique. »

« Vous ne pouvez pas convaincre tout le monde d’aller dans un magasin de mode équitable. D’où l’intérêt de mettre à disponibilité des chemises équitables là où les gens achètent habituellement leurs vêtements », note An.

Elle estime que les détaillants ont un rôle très important à jouer pour convaincre un groupe croissant de consommateurs de vêtements durables. « Certains magasins vendant Mr. Manchette sont devenus des ambassadeurs de la mode équitable », dit-elle. « Lost in Pablos à Gand, le premier détaillant à inclure nos chemises dans sa gamme, ne propose que des marques de mode écologique ou équitable. »

Mr. Manchette trouve également sa place chez les valeurs sûres des magasins conventionnels pour hommes. « Portobello, à Louvain, par exemple, l’endroit où les hommes vont quand ils ont besoin d’un costume, soutient fortement notre concept. Grâce à des commerçants comme eux, on peut parfois voir à la télévision des visages familiers avec une chemise de Mr. Manchette. Vous pourriez par exemple voir Wim De Vilder et Lieven Scheire porter une de nos chemises. »

La peur du renouveau

Convaincre les détaillants est l’un des principaux défis d’An Boone. «Beaucoup sont réticents à introduire une nouvelle marque. C’est compréhensible. Dans leur espace limité, Mr. Manchette prend la place d’un autre article qu’ils sont sûrs de vendre. Pourtant, je constate que de plus en plus de commerçants se rendent compte que la façon dont le secteur textile fonctionne aujourd’hui n’est pas durable. Même ceux qui ne sont pas encore conscientisés au coton biologique ou au commerce équitable. C’est là que je sors nos autres atouts, comme le fait de produire en Europe. »

An craint que la crise du coronavirus ne ravive les réticences. « En raison du printemps perdu, les détaillants ont beaucoup moins de marge de manœuvre financière pour expérimenter ce qu’ils achètent pour les prochaines collections », dit-elle.

Encore plus durable ?

M. Manchette met un point d’honneur à rendre chaque nouvelle collection plus durable que la précédente. « Ces dernières années, par exemple, nous avons remplacé nos boutons en plastique par des boutons en corozo. Ils sont fabriqués à partir de noix de tagua, également connues sous le nom d’ivoire végétal. » Le film plastique autour des chemises et les étiquettes comportant les informations sur le lavage ont également été remplacés. An les a échangés contre une bande de papier faite de résidus de tissu et une étiquette en carton FSC qu’elle fait imprimer sur mesure chez Ryhove.

Nous cherchons actuellement à recycler nos « déchets ». Il nous reste encore des chemises de la toute première collection, que nous ne pouvons plus vendre parce que le modèle n’était pas tout à fait adapté. J’aimerais les réutiliser pour en faire de nouvelles. Nous voulons également réutiliser le tissu restant après chaque collection ».

La crise du coronavirus a mis pour l’instant un coup d’arrêt à ce projet. « Mais, en attendant, les rebus de matière sont facilement transformés… en masques buccaux », sourit An. « Nous les faisons fabriquer en Belgique dans deux entreprises de confection sur mesure et dans un atelier social à Molenbeek-Saint-Jean. Pour deux masques buccaux vendus, nous en offrons un à des organisations qui en ont besoin : hôpitaux, service d’aide à domicile pour les enfants autistes, centre de jeunesse, soignants, malades du cancer, etc. Les hommes élégants peuvent donc se promener avec un masque buccal parfaitement assorti à leur chemise ».

Ensemble, vous pouvez faire plus

Lorsque, fin 2019, il est devenu temps de transformer son entreprise individuelle en société, An a très consciemment opté pour une forme d’entreprise coopérative. « Chaque coopérateur a autant à dire, quelle que soit sa contribution financière. Les autres coopérateurs ont une expertise dans des domaines où je suis moins à l’aise. Ils m’encouragent parfois à innover là où je n’oserais jamais le faire seule ».

Le chemin d’An et de Mr. Manchette n’est pas toujours parsemé de roses. « Comme je suis relativement nouvelle dans le monde de la mode, je rencontre constamment de nouveaux défis : la planification et le rééchelonnement lorsque les fournisseurs ne respectent pas les délais, convaincre pour que Mr. Manchette soit présent dans plus de magasins, le difficile équilibre entre mon entreprise et ma famille. Parfois, cela pèse. Quand les ventes vont bien, c’est un vrai plaisir. Chaque fois que vous achetez quelque chose chez une petite marque locale, son dirigeant fait une ‘danse de la joie’  lit-on parfois sur les médias sociaux. Cela semble cliché, mais pour moi c’est vraiment le cas. »

Regardez et commandez les chemises élégantes de Mr. Manchette dans la boutique en ligne d’An.  Vous préférez les essayer d’abord ? Dans ces boutiques, vous trouverez les créations de la marque.

Plus d’info : https://mrmanchette.be

Photos: Mr. Manchette

A lire également

Fashion Revolution

Chloé Mikolajczak est la coordinatrice de Fashion Revolution Belgium, le pendant belge du mouvement international qui veut rendre l’industrie de la mode plus durable d’un point de vue éthique et environnemental. Elle revient avec nous sur l’origine du mouvement, sa force transformatrice et les défis des marques.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience utilisateur possible.