Qu'est ce que le commerce équitable ?

Le “commerce équitable” est fondé sur l’idée que “quiconque travaille a droit à une rémunération équitable lui assurant, ainsi qu’à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine.”

Objectif, définition et principes du commerce équitable

Le commerce équitable est né du constat que les écarts de richesse entre les populations riches et pauvres ne cessent de se creuser, et de la volonté de pratiquer un commerce plus juste. Le commerce équitable se propose en effet de changer la manière dont est pratiqué le commerce grâce à des prix plus rémunérateurs, des conditions de travail décentes pour les agriculteurs, les artisans et les travailleurs.

En 2001, les principaux réseaux mondiaux du mouvement du commerce équitable ont approuvé la définition suivante : « Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect visant à garantir une plus grande équité dans le commerce international. Il contribue au développement durable en proposant de meilleures conditions commerciales aux producteurs et aux travailleurs marginalisés, particulièrement dans les pays en développement, tout en sécurisant leurs droits. Les Organisations du commerce équitable, appuyées par les consommateurs, s’emploient à soutenir activement les producteurs, à sensibiliser et à faire campagne pour obtenir un changement des règles et pratiques du commerce international conventionnel. »

Les 10 principes du commerce équitable

  1. Créer des opportunités pour les producteurs économiquement en situation de désavantage.
  2. Favoriser la transparence et la responsabilité.
  3. Garantir des relations commerciales fondées sur la confiance et le respect mutuel.
  4. Garantir le paiement d’un prix juste
  5. Proscrire le travail des enfants et le travail forcé.
  6. Veiller à la non-discrimination, à l’égalité des sexes et à l’émancipation économique des femmes,  et à la liberté d’association.
  7. Assurer des conditions de travail décentes.
  8. Développer les compétences, les opportunités de formation pour les producteurs et travailleurs.
  9. Promouvoir le commerce équitable en véhiculant les informations
  10. Respecter l’environnement.

Pour en savoir plus sur les principes du commerce équitable, consultez la charte du commerce équitable.

Le commerce équitable a de nombreux effets positifs sur les producteurs, comme le renforcement des capacités grâce à l’assistance technique fournie. La prime de développement généralement versée permet des investissements dans des secteurs clés comme la santé, l’éducation, les infrastructures, et favorise le développement des communautés

Le commerce équitable a des impacts positifs également au niveau de la préservation de l’environnement. Il  réglemente les substances utilisées dans l’agriculture, y compris les pesticides et autres produits chimiques. La gestion des déchets est une autre de ses préoccupation, tout comme la préservation de la biodiversité.

Commerce équitable : Prix et primes

Prix équitable et prix minimum

Le prix équitable est le prix payé aux producteurs leur assurant une juste rémunération (dans le contexte local) et qui doit leur permettre, entre autres, de couvrir les frais de production et de mener des conditions de vie dignes.

Pour de nombreux produits équitables comme le café, le cacao ou les bananes, il existe un prix minimum fixé pour couvrir le coût de la production durable pour ce produit dans cette région, et éviter l’instabilité liée aux fluctuations des prix sur les bourses internationales des matières premières. Ce prix est fixé et revu de temps à autre par des organismes comme Fairtrade International.

Lorsque le prix du marché d’un produit est supérieur à ce prix minimum, c’est le prix du marché qui est payé, augmenté de la prime de développement (voir ci-dessous). Mais si le prix du marché se situe en-dessous de ce prix minimum, c’est cette fois le prix minimum qui est payé, également augmenté de la prime de développement. Le prix minimum du commerce équitable représente un filet de sécurité qui protège les producteurs des trop grandes fluctuations de prix sur les marchés des matières premières.

Prime de commerce équitable

La prime de commerce équitable est une somme additionnelle versée aux producteurs en plus du paiement de leurs produits.

Cette somme, représentant généralement entre 10 et 15% du prix minimum, alimente un fonds commun pour les travailleurs et/ou les agriculteurs à utiliser pour améliorer leurs conditions sociales, économiques et environnementales. Les agriculteurs et/ou les travailleurs déterminent leurs priorités : l’éducation ou la santé de leurs enfants, l’amélioration de leurs activités productives ou la construction d’infrastructures telles que des routes et des ponts pour leur communauté.

À côté de la prime commerce équitable, Fairtrade International a développé une prime bio, calculée sur la base de la différence des coûts d’exploitation entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique. Cette prime n’est acquise qu’une fois la transition en agriculture biologique terminée. elle agit comme une sorte de récompense pour les investissements consentis et permet de couvrir dans la durée les coûts supplémentaires de l’agriculture bio (plus de main-d’oeuvre, notamment).

Filière intégrée et filière labellisée

Depuis 1988 et la création d’une part de l’IFAT, l’Association Internationale du Commerce Equitable (devenue en 2009 la WFTO, l’Organisation Mondiale du Commerce Equitable), et le lancement du label Fairtrade d’autre part, on observe l’émergence et la coexistence de deux grandes filières de régulation du commerce équitable : la filière intégrée (avec la WFTO et l’EFTA notamment) et la filière labellisée (avec en particulier Fairtrade International).

Mode d’organisation historique du commerce équitable, la filière intégrée présente comme caractéristique principale l’adhésion volontaire de toutes les entreprises intervenant dans l’élaboration et la commercialisation du produit (producteur, transformateur, importateur et points de vente) aux valeurs du commerce équitable.  Les entreprises équitables commercent entre elles dans un esprit de coopération et de relation à long terme. Elles bénéficient de la certification équitable (généralement associée à un logo) dont elles ont collectivement définis les règles et les critères (prix équitable, transparence, préfinancement… Voir à ce sujet les 10 principes du commerce équitable).

A la différence de la filière intégrée, la filière labellisée repose sur la certification du produit commercialisé. Les entreprises qui élaborent ces produits s’engagent à respecter un cahier des charges précis et à s’approvisionner auprès d’organisations de producteurs des pays en développement (des coopératives souvent) qui ont été agréées par l’organisme de labellisation.
Ces produits labellisés peuvent ensuite être commercialisés dans n’importe quel point de vente, y compris la grande distribution classique. Il existe plusieurs labels de commerce équitable. Fairtrade est le plus célèbre d’entre eux.

La coexistence de ces deux filières illustre l’existence de visions différentes du commerce équitable qui portent en particulier sur le type de relations à établir avec les acteurs économiques privés (multinationales, grande distribution) et sur des divergences entre une vision de développement (et de dénonciation du commerce international) d’un côté et une perspective commerciale reposant sur le contrôle d’autre part.

Le commerce équitable en quelques chiffres

  • Les ventes mondiales de produits Fairtrade ont augmenté de 8% pour atteindre près de 8,5 milliards d’euros en 2017, générant des primes estimées à 178 millions € pour les organisations de producteurs et pour les travailleurs. [1]
  • En 2017, chaque personne vivant en Belgique a en moyenne consommé pour l’équivalent de 13,57 euros en produits équitables. Cela représente une augmentation de 6,8% par rapport à 2016, où la consommation moyenne était estimée à 12.70 euros.[2]  En 2018, les produits labellisés Fairtrade ont montré une croissance de 24% [3], ainsi qu’une plus forte pénétration sur le marché belge.
    Le challenge reste pourtant énorme. En termes de parts de marché, si près d’une banane sur cinq était Fairtrade en 2018, le café et le chocolat n’atteignent pas encore la barre des cinq pourcents
  • Plus de 1500 produits certifiés Fairtrade sont présents sur le marché belge.
  • 9 Belges sur 10 (90 %) déclarent avoir déjà entendu parler du commerce équitable. Pour 84 % des répondants, la définition donnée du commerce équitable cadre avec ce qu’ils en savaient.[4]
  • Pour 62% des personnes vivant en Belgique, le commerce équitable devrait également concerner des produits d’agriculteurs belges ou européens. [4]
 

[1] Fairtrade International.
[2] Calcul effectué par le Trade for Development Centre sur base des informations communiquées par les organisations, entreprises belges de commerce équitable.
[3] En volumes, une croissance de 26% dans les catégories Tier 1 (bananes, café, cacao). Toutes catégories confondues, une croissance de 24% est notée.
[4] Source : Baromètre 2018 du commerce équitable, réalisé par Ivox pour le compte du Trade for Development Centre

Les certifications du commerce équitable

Un rapide tour d’horizon

Répondant à différentes réalités de terrain, les certifications du commerce équitable se sont multipliées ces dernières années.

Fairtrade

Le label Fairtrade est le label historique, le plus connu des labels de commerce équitable.
Fairtrade Belgium attribue son label à plus de 1500 produits présents sur le marché belge, et qui répondent aux critères internationaux définis par Fairtrade International. Ceux-ci portent notamment sur les conditions de production et les prix. Afin de pouvoir donner cette garantie, un contrôle est effectué  sur toute la chaîne d’approvisionnement, du producteur au consommateur.

www.fairtradebelgium.be  – www.fairtrade.net

Le système de garantie de WFTO

En 2011, l’Organisation mondiale du commerce équitable (WFTO) a décidé de développer un système de garantie du commerce équitable adapté à ses membres (essentiellement des producteurs d’artisanat).

Il compte 5 éléments : une nouvelle procédure d’admission des membres, une procédure d’auto-évaluation, un audit de surveillance, une évaluation entre pairs et le Fair Trade Accountability Watch (FTAW), un mécanisme de suivi participatif permettant à tout un chacun de dénoncer les non-respects des critères.

Les membres qui passent les différentes étapes du système de garantie accèdent au statut d’Organisation certifiée de commerce équitable (Guaranteed Fair Trade Organisation). Ils peuvent dès lors utiliser le label WFTO sur leurs produits, label qui atteste du respect des critères de commerce équitable établis par WFTO. 

www.wfto.com/standard-and-guarantee-system

Symbole des petits producteurs

Le « Symbole des Petits Producteurs » a été lancé officiellement en novembre 2010 au Honduras. Comme le précise la Coordination nationale du commerce équitable au Pérou (CNCJ), cette initiative est née en réaction à Fairtrade International, qui ne réserve plus exclusivement son label Fairtrade aux petits producteurs : « l’organisation internationale qui certifie le commerce équitable dans le monde, a permis l’entrée de grands opérateurs commerciaux, au détriment des petits producteurs ». 

Le label dispose d’une grille complète de critères concernant la production, l’aspect organisationnel, le management, le respect de l’environnement, la gestion des relations entre organisations de producteurs et acheteurs,…

www.spp.coop

Fair for Life

Le programme de certification Fair for Life a été créé en Suisse, en 2006, par la Bio-Foundation et par l’IMO (Institute for Marketecology).

L’objectif consistait à permettre à tous les producteurs et acteurs du commerce équitable – y compris ceux qui ne parviennent pas à entrer dans le système de Fairtrade International de bénéficier d’une certification indépendante attestant le respect de critères tels que : refus du travail forcé et du travail des enfants, liberté d’association, conditions de travail sûres et décentes, etc. Fair for Life est un label destiné à tous le produits, à tous les pays et à toutes les chaînes de production.

www.fairforlife.net

FairWild

La demande croissante de produits naturels dans les secteurs de l’alimentation, des cosmétiques, du bien-être et des ingrédients médicinaux présente des défis majeurs au niveau écologique et social : la pression élevée imposée à des plantes potentiellement vulnérables peut mettre en péril les écosystèmes locaux et les conditions de vie des ramasseurs, qui font le plus souvent partie des populations les plus pauvres des pays concernés. La norme FairWild garantit aux acheteurs que les produits ont été récoltés et transformés de manière socialement et écologiquement responsable.

www.fairwild.org

La Garantie tourisme équitable et solidaire

L’Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire est un réseau français d’acteurs et de spécialistes du tourisme équitable et solidaire. Créée en 2006, elle regroupe des voyagistes, des opérateurs relais et des membres associés, tous engagés pour faire du voyage un levier de développement et de solidarité internationale. 

De par son label « Garantie tourisme équitable et solidaire », elle assure aux voyageurs une expérience unique de voyage qui respecte les hommes et les cultures. Ce label a pour but de prouver aux clients que chaque voyage labéllisé est bien conforme aux engagements pris dans la Charte du Tourisme Équitable et Solidaire fondée par l’ATES. Avec ce label, le réseau améliore l’information du voyageur mais aussi la transparence nécessaire à un tourisme plus responsable. 

http://www.tourismesolidaire.org/

Fairmined

L’Alliance pour Une mine Responsable (Alliance for Responsible Mining – ARM) est une initiative mondiale née en Colombie en 2004 avec pour objectif de favoriser l’autonomisation des mineurs artisanaux, à petite échelle, et de leur organisation, ainsi que l’adoption de bonnes pratiques, en mettant en place un environnement qui favorise l’intégration dans l’économie formelle. 

www.fairmined.org

Prix Juste Producteurs

Le label « prix juste producteurs » est une démarche de commerce équitable pour les producteurs agricoles belges, qui vise à leur permettre de prendre en compte leur coût de production (en ce compris leur temps de travail).
Ce label créé par le  « Collège des producteurs » caractérise la qualité des relations commerciales entre le producteur et son premier acheteur (en cas de commerce en vente directe, il s’agit alors d’un consommateur final, mais sinon, le premier acheteur visé n’est autre qu’une laiterie, un abattoir…)

www.prixjuste.be et www.collegedesproducteurs.be

Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience utilisateur possible.