Save the date_2020

Save the date: responsabilité sociétale des entreprises et commerce équitable en période de crises

Quand
le 29 septembre 2020, de 9h30 à 13h00
 
à déterminer 
       
(Si la situation sanitaire l’exige, les débats seront organisés en ligne)

1er débat

Covid-19, changements climatiques, explosion des inégalités, destruction de la biodiversité… les crises qui se multiplient nous obligent à accélérer la transition écologique et solidaire dont nos sociétés ont besoin. Le commerce équitable peut-il y contribuer ? A quelles conditions ?

Les changements climatiques et la crise sanitaire actuelle nous rappellent que la manière dont nous avons organisé la globalisation marchande, avec des chaînes de valeur internationales à flux tendus nous rend extrêmement fragiles, vulnérables et exerce une pression majeure sur les écosystèmes. Sans parler des  externalités sociales, telles les inégalités croissantes. Nos échanges doivent donc être repensés. Il est par exemple urgent de relocaliser l’activité économique dans des secteurs essentiels comme la santé et l’alimentation, pour augmenter notre autonomie et notre résilience. Il est tout aussi important de rendre les chaînes d’approvisionnement non remplaçables (comme celles du café, du cacao ou de la banane) durables et équitables. C’est donc l’occasion de réaliser la transition dont nos sociétés ont besoin : sociale et écologique.

Le commerce équitable peut-il y contribuer ? A quelles conditions ? Doit-il forcément être le plus local possible ?  Dans quelle mesure la relocalisation de ces chaînes de valeur ne risque-t-elle pas d’augmenter les inégalités mondiales plutôt que de les réduire ?

2e débat

Responsabilité sociétale des entreprises dans leurs filières d’approvisionnement. Quels sont les avantages et inconvénients d’une législation ? Et quel rôle pour les initiatives volontaires ?

Malgré des promesses répétées, les entreprises ont du mal à prendre leurs responsabilités dans les filières d’approvisionnement. A titre d’exemple, le recours au travail des enfants dans les plantations de cacao des deux principaux pays producteurs, la Côte d’Ivoire et le Ghana, a augmenté au cours de la dernière décennie, malgré les promesses de l’industrie de le réduire.

Pour rendre les filières plus durables, les systèmes de certification volontaires sont largement promus et des pays comme la Belgique ou les Pays-Bas développent des initiatives volontaires multi-acteurs à l’instar de « Beyond Chocolate ».  

Le Royaume-Uni et la France ont de leur côté pris une autre voie en votant des lois obligeant les sociétés d’une certaine taille à publier un rapport sur les mesures prises pour éviter des violations des droits humains dans leurs filières d’approvisionnement. La Commission européenne veut leur emboîter le pas puisqu’elle vient d’annoncer une initiative législative en matière de responsabilité sociétale des entreprises pour 2021.

Le débat permettra notamment un échange sur les avantages et inconvénients des normes contraignantes, sur leur contenu et les moyens de contrôles nécessaires pour qu’elles soient efficaces, et sur le rôle et la place des initiatives volontaires dans un tel contexte.

TDC_Logo_Color_CMYK
The Shift
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience utilisateur possible.