DSCF1185

Le BorGerHub, un concept unique qui rassemble les entrepreneur·es de Borgerhout

À la recherche d’un petit cadeau ? De vêtements équitables ? De saveurs de la cuisine du monde ? À Borgerhout, vous trouverez tout cela et bien plus au BorGerHub. Ce concept store réunit de jeunes entrepreneur·es et vend leurs produits à des consomm’acteur·rices. Mais le BorGerHub est bien plus qu’un magasin : ce qui a commencé en 2019 comme un projet antisquat pour le magnifique bâtiment des années 1930 s’est transformé en un hub incontournable pour les entrepreneur·es de Borgerhout, qui peuvent y suivre un coaching et des ateliers, organiser des événements, etc. 

BorGerHub : entreprendre et rassembler

Si les fondatrices de BorGerHub, Sarah et Froya, peuvent aujourd’hui finir les phrases l’une de l’autre lorsque nous les interrogeons sur leur projet, elles ont toutefois suivi un parcours totalement différent… jusqu’au jour où leurs chemins se sont croisés à Borgerhout.

Sarah Neirinckx a vécu pendant 25 ans à l’étranger, où elle a travaillé dans la coopération au développement, avant de revenir de Zambie en Belgique il y a 8 ans environ. « Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de potentiel inutilisé ici à Borgerhout et j’ai voulu faire mettre à profit cette multitude de cultures. »

À présent, Sarah offre des services de coaching aux jeunes qui veulent travailler dans des projets de développement grâce au Programme Junior d’Enabel, aux étudiant·es en langues africaines de l’université, et aux entrepreneur·es durables qui trouvent un soutien au BorGerHub.

Froya Deryckere, de son côté, est une entrepreneure née. « J’ai commencé très jeune en ouvrant mon propre magasin de fleurs, puis j’ai évolué pour devenir une décoratrice florale pour les entreprises et j’ai suivi des études pendant un certain temps, avant de lancer ma propre marque de vêtements durables Froy & Dind (NDLR : projet qu’elle a abandonné depuis).

En même temps, de plus en plus de connaissances me contactaient avec des questions sur l’entrepreneuriat. C’est pourquoi j’ai décidé d’en faire mon métier : je suis donc devenue coach en entrepreneuriat, d’abord chez Starterslabo, et maintenant en tant qu’indépendante. » 

Fin septembre 2019, Sarah en Froya ont ouvert ensemble les portes du BorGerHub. « C’était le jour de la parade annuelle des géants », se souvient Sarah. « D’ailleurs, c’est ici dans le grenier que reposent les géants ! »

Cette remarque désinvolte souligne immédiatement à quel point le projet est intimement lié au quartier.

Un pont entre entrepreneur·es durables et consom’acteur·rices

Peu visible, sur la très fréquentée Turnhoutsebaan à Borgerhout, le BorGerHub a élu domicile dans le bâtiment majestueux qui était autrefois le tribunal de paix.

« Le BorGerHub offre aux gens un espace pour stimuler leur esprit d’entreprise. L’un des moyens d’y parvenir est le concept store du même nom, installé à l’arrière du bâtiment, dans l’ancienne salle de banquet des juges. Une vingtaine d’entrepreneur·es y vendent leurs produits », nous explique Sarah.

Et Froya d’embrayer : « La gestion du magasin est également entre leurs mains. Cette approche du BorGerHub vise à combler le fossé entre création et commercialisation. Les entrepreneur·es développent une relation personnelle avec leur client·es, et reçoivent ainsi un feedback important sur leurs produits. »

Acheter écologique, équitable, local et social

Le BorGerHub est-il ouvert à tout·e entrepreneur·e  ? « Non », répond Froya, « les produits des candidat·es doivent correspondre à au moins un de nos piliers. Si cela n’est pas le cas, ils n’ont pas leur place dans notre concept store. »

Quels produits peut-on trouver au BorGerHub ?

  • Des produits écologiques
    Froya : « Pour l’instant, il s’agit principalement de produits fabriqués à partir de matières premières recyclées. Par exemple, l’un de nos fabricants vend des jouets créés à partir de meubles mis au rebut. Une autre crée des sacs à main en utilisant des jeans récupérés aux petits riens. »
  • Des produits équitables, dont certains certifiés Fairtrade
    Les produits artisanaux marocains de Femimain, une organisation de soutien à l’autonomisation des femmes au Maroc, en sont un bon exemple : textiles brodés avec art, articles en cuir, céramiques, etc.
  • Des produits locaux durables
    Une herboriste propose des produits de soins et des thés faits maison à partir, exclusivement, de plantes cultivées en Belgique. Des objets d’usage courant faits à la main par des fabricant·es locaux·ales y sont également proposés aux consommateurs et consommatrices.
  • Des produits issus de projets sociaux
  • Froya : « Vous trouverez ici des produits alimentaires italiens, mais pas n’importe lesquels : notre importatrice belgo-italienne se procure des produits slow food de haute qualité dans de petits villages du sud de l’Italie. Son objectif : relancer l’économie dans une région agricole en proie à un véritable exode rural faute d’opportunités de travail. Et les magnifiques céramiques que nous vendons ici proviennent d’un centre de jour pour les personnes aveugles et malvoyantes du quartier, De Markgrave. Les recettes sont réinjectées dans le fonctionnement de leur centre d’activités. »

Si bon nombre des entrepreneur·es s de BorGerHub vendent des produits fabriqués par leurs soins, ce n’est pas le cas de tous et toutes. Froya veille en effet à ce que le concept store dans son ensemble propose une gamme équilibrée qui s’adresse à des consom’acteur·rices. Ainsi, vous y trouverez également un large éventail de vêtements écologiques et/ou issus du commerce équitable.

Les entrepreneur·es intéressé·es qui contactent le BorGerHub sont invité·es à répondre à un questionnaire et à passer un entretien approfondi. Cela permet à Sarah et à Froya d’évaluer si un·e entrepreneur·e est éligible pour le concept store de BorGerHub ou pour une autre forme de soutien.

À la mesure de l’entrepreneuriat à Borgerhout

Froya et Sarah adoptent une approche flexible et pragmatique au sein de l’ASBL faîtière, et analysent ce qui fonctionne ou non. Cela leur permet d’adapter en conséquence le fonctionnement aux besoins des entrepreneur·es.

Sarah : « Aider les différent·es entrepreneur·es est notre principal objectif. C’est pourquoi nous proposons trois formules pour ceux et celles qui souhaitent vendre leurs produits dans le concept store. Cela nous permet d’avoir une option appropriée pour chaque entrepreneur·e et de n’exclure personne. »

Comment cela fonctionne-t-il dans la pratique ? Les entrepreneur·es dont les produits sont proposés dans le concept store donnent tous et toutes un coup de main au moins une fois par mois au BorGerHub. En outre, chaque entrepreneur·e apporte une contribution financière en fonction de ses possibilités.

Ceux et celles qui ne disposent pas de moyens importants s’engagent ainsi à tenir le magasin un jour par semaine, tandis que d’autres, pouvant contribuer davantage, se chargent moins des tâches quotidiennes. « Cela nous permet d’être également accessibles aux entrepreneur·es qui exercent aussi une autre profession », nous confie Sarah.

Nous nous sentons un peu responsables des personnes qui viennent vendre leurs produits ici. En ce sens, le début de la crise du coronavirus a été une période passionnante pour notre concept store BorGerHub. Lorsque le magasin a dû fermer ses portes, nous avons rapidement mis en place une boutique en ligne. De cette façon, les revenus de nos entrepreneur·es ne se sont pas complètement effondrés. »

Pour animer davantage le BorGerHub, Sarah et Froya organisent aussi régulièrement un marché, afin d’offrir à la clientèle de nouveaux jolis produits durables, proposés par d’autres entrepreneur·es. Elles ont ainsi organisé un marché d’hiver pendant la période des fêtes, et un marché équitable pendant la Semaine du commerce équitable.

Un concept store et plus encore

Mais le BorGerHub est bien plus, qu’un concept store pour les consom’acteur·rices et un canal de vente pour les producteurs et productrices durables.

Sarah : « Le BorGerHub est un projet de l’organisation à but non lucratif Blooom, qui a pour objectif de renforcer l’entrepreneuriat. Les entrepreneur·es qui ne se sentent pas encore prêt·es à ouvrir leur propre boutique – ou qui n’ont pas cette ambition – peuvent vendre leurs produits ici. De plus, le BorGerHub est un lieu de rencontre crucial pour ces personnes, qui peuvent y échanger des expériences et des conseils, et s’inspirer mutuellement dans tous les domaines.”

Renforcer la cohésion sociale

Avec ses nombreuses initiatives et ses entrepreneur·es originaires de Serbie, d’Afrique du Sud, d’Italie, d’Indonésie, etc., le BorgerHub rassemble des personnes entreprenantes des quatre coins du monde. Les nombreuses nationalités qui cohabitent à Borgerhout se retrouvent toutes ici.

Sarah : « Grâce à notre attention portée à la fois à la diversité culturelle et à l’esprit d’entreprise, nous favorisons la cohésion sociale dans le quartier. C’était également l’intention de la bourgmestre de district Marij Preneel – qui nous a réunies, Froya et moi, pour lancer le BorGerHub – et de l’AG Vespa, l’entreprise communale autonome propriétaire du bâtiment. »

Outre le concept store BorGerHub, l’ancien tribunal de paix héberge deux associations marocaines et les anciennes salles de réunion sont louées à des tarifs avantageux aux entrepreneur·es qui en ont besoin

Des organisations telles que l’école de programmation MolenGeek y dispensent des formations, et pendant le blocus, les étudiant·es du quartier peuvent venir y étudier. Les artistes de Borgerhout, de leur côté, y organisent des expositions et, chaque année au mois de mai, l’ensemble du bâtiment se transforme en galerie d’art à l’occasion de l’Antwerp Art Weekend. Bref : les initiatives sont trop nombreuses pour toutes les mentionner.

L’écosystème BorGerHub

Bar+Plant, le magasin de plantes avec café-bar de Froya et de son partenaire Marc, est de loin le lieu le plus couru par la clientèle au BorGerHub.

Froya : « Nos plantes attirent des personnes de toutes origines, qui sont parfois à la recherche d’une plante spécifique utilisée dans leur culture, dans une recette particulière ou comme médicament. Les plantes servent apparemment de catalyseur pour attirer un public plus diversifié dans le BorGerHub. Et il ne leur reste alors plus qu’un pas à faire vers le concept store. »

Sarah : « Cette pollinisation croisée est typique de l’écosystème que constitue le BorGerHub. Chaque personne aide les autres d’une manière ou d’une autre. »

C’est là également l’objectif du BorGerHub à long terme. « Nous sommes un chez-soi rassurant pour les entrepreneur·es de Borgerhout. Même ceux ou celles qui n’ont plus besoin du concept store pour vendre leurs produits restent souvent en contact avec BorGerHub, comme Axelle, de la boutique « zéro déchet » Turtlee Green, qui a fait ses premiers pas d’entrepreneure ici. Nous disposons ainsi d’un vaste réseau de personnes qui continuent à s’inspirer et à se stimuler mutuellement », nous explique Sarah.

De même en termes de diversité : « Nous vivons dans un monde globalisé qui recèle un énorme potentiel. C’est ce que nous voulons prouver », conclut-elle.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience utilisateur possible.