Belg_bedrijven_Dominique_Ivoorkust

TDC et entreprises actives en Belgique se rencontrent

De nombreuses coopératives et petites entreprises des pays partenaires de la coopération belge au développement et
actif dans le commerce équitable ou durable a reçu le soutien du Trade for Development Centre ces dernières années. Soit sous la forme d’un soutien financier, soit par un accompagnement en marketing ou en gestion d’entreprise, soit par une combinaison des deux. L’objectif est toujours d’augmenter les opportunités de marché des petits producteurs. Certaines de ces coopératives ont noué des relations commerciales avec des entreprises actives en Belgique. Pour une visite de certains de ces projets, nous faisons des escales au Burundi, au Vietnam, au Burkina Faso, au Pérou, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud.

Burundi: COCOCA

‘Horamama’ chante des paysannes burundaises sur le chemin du champ. Le mot signifie autant que «courage» ou «force», mais aujourd’hui Horamama est aussi le nom de marque du café de COCOCA, une union de 39 coopératives réparties à travers le pays. Ces dernières années, avec l’aide d’un certain nombre de donateurs et de gros clients, COCOCA est devenu un acteur important sur le marché du café burundais.

Entre 2014 et 2017, TDC a financé à la fois le renforcement de la gestion de l’union et de certaines de ses coopératives et l’amélioration de la qualité de leur arabica. Jusqu’à 2500 agriculteurs ont assisté à des sessions sur les méthodes de culture durable. En 2014, COCOCA a exporté 4 conteneurs de café équitable de trois coopératives certifiées. En 2017, 17 coopératives avaient déjà un certificat et 21 conteneurs ont été vendus dans des conditions Fairtrade. Au cours de la même période, le volume de café vendu est passé de 350 à 12 000 tonnes, soit environ 15% de la production totale de café burundais.

Coaching marketing

En 2016, COCOCA a également demandé à participer au programme de coaching marketing. En 2017, 2018 et 2019, un coach du TDC s’est rendu quatre fois sur place pour une session d’une semaine. Parce que le syndicat a des coopératives dans tout le pays et que la qualité a considérablement augmenté ces dernières années, l’organisation peut désormais fournir des volumes suffisamment importants de différents types de café de qualité et, dans l’intervalle, également du café premium.

Au cours de la deuxième session, cette réflexion a conduit à un plan marketing visant à exporter au moins 100 conteneurs pendant la saison de récolte 2018-2019, dont 60 avec du café certifié (notamment Fairtrade et Utz), du café premium ou du Café des Femmes (un “café féminin” spécifique produit par des membres féminins).

Douze conteneurs

Colruyt est l’un de ces clients existants. Aujourd’hui, Colruyt achète tous les haricots burundais pour ses mélanges de COCOCA, bon pour 230 tonnes ou douze conteneurs pleins par an. Pour Colruyt, il s’agit d’un bon exemple de «projet de chaîne», dont l’objectif est de renforcer les organisations d’agriculteurs par une coopération à long terme et de rendre ainsi la chaîne durable du producteur au consommateur. Colruyt a choisi un prix fixe en 2017 avec les agriculteurs. De cette façon, ils ont un revenu garanti et ils n’ont pas à vendre leurs haricots en dessous du prix. De plus, ils reçoivent une prime spécifique par tonne de grains de café, quelles que soient les fluctuations de prix sur le marché. Fin 2015, une délégation du COCOCA a visité l’usine de torréfaction de café à Halle et au début de 2017, les agriculteurs burundais ont été autorisés à une visite de travail à des collègues colombiens, ce qui a conduit à un mélange commun pour Spar.

En outre, la Fondation Collibri, un fonds de la société Colruyt qui se concentre principalement sur des projets éducatifs, est également active au Burundi depuis des années. Depuis 2016, 100 jeunes des communautés de producteurs de café ont été orientés vers un emploi en collaboration avec deux coopératives de café de COCOCA.

Séchoir rotatif

Une étape importante pour COCOCA a été la construction et la mise en service de sa propre usine de transformation du café en 2016. La coopérative s’appuyait sur des tiers pour traiter et stocker les grains de café. Elle est désormais capable de gérer elle-même toute la chaîne, des baies de café au café vert prêt pour l’exportation. Cela a également profité au contrôle qualité et à la traçabilité. Le site de production a été nommé Horamama et est le premier au Burundi à avoir son propre séchoir rotatif. Le préfinancement provenait de l’investisseur social belge Kampani.

2019-20 sera une période de récolte décisive pour Cococa et Horamama car ils doivent démontrer à leurs clients internationaux qu’ils sont capables non seulement de produire du café de qualité, mais aussi de le traiter et de le livrer à temps. Après tout, cela s’est avéré être un point difficile. C’est pourquoi les troisième et quatrième sessions de coaching marketing du Trade for Development Center ont principalement porté sur le contact avec les clients. Les autres points abordés ont été la traçabilité (pour répondre à la demande des clients, il est souvent nécessaire de remonter l’origine des lots jusqu’au niveau du producteur individuel) et l’élaboration d’un business plan pour les projets autour du torréfaction de café et vente locale.

EGO

Efico est un autre partenaire commercial belge de COCOCA. Cet important négociant de café vert et cru s’engage pour la durabilité et une bonne relation avec les coopératives de café. En 1987, l’entreprise a été la première en Belgique à obtenir le label Fair Trade. Au cours des dix dernières années, leur part de café certifié durable (biologique, Rainforest Alliance, Fairtrade et UTZ) est passée de 13 à 53%. En 2018, l’entreprise a acheté environ 85% directement auprès de coopératives ou d’exportateurs locaux.

Efico dispose également d’un fonds d’entreprise, la Fondation Efico, avec des projets axés sur le transfert de connaissances, des revenus durables pour les producteurs de café et des mesures d’adaptation et d’atténuation dans les régions caféières en raison du changement climatique. L’un des projets de la Fondation Efico est EGO, qui a débuté début 2018 en collaboration avec COCOCA et est cofinancé par la DGD (Coopération belge au développement). Deux nouveaux «centres d’apprentissage» devraient devenir un lieu où les agriculteurs peuvent trouver en permanence une formation et des conseils sur les pratiques culturales durables. De cette façon, des certifications encore plus durables peuvent être obtenues. Chaque région travaillera sur son propre profil de saveurs afin que COCOCA puisse encore mieux commercialiser cette diversité.

“Pour nous, les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, en particulier l’ODD 12 sur la production et la consommation responsables, sont une directive importante”, souligne Katrien Delaet, responsable du développement durable chez Efico. «Avec les projets de notre fondation, nous visons une approche multi-acteurs avec différents acteurs de la chaîne. La valeur ajoutée d’Efico est, entre autres, une relation commerciale stable et à long terme. C’est une tradition de la maison: donner aux agriculteurs la possibilité de travailler sur leur qualité et de grandir, afin qu’ils puissent développer leur organisation de manière autonome. »

Une lueur d’espoir

Le COCOCA n’est certainement pas un cas isolé. Ces dernières années, TDC a soutenu des coopératives de café en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, en Tanzanie et en RD du Congo, qui exportent aujourd’hui vers de nombreuses sociétés belges telles que Efico, Supremo, Coffee team, 32aCup, RIVS, Briz et Oxfam-Magasins du Monde. «L’exportation de café a fourni du travail et des revenus et donc de l’espoir. La meilleure preuve? Ex-soldats et rebelles déposant leurs armes devant les caféiers », témoigne Joachim Mungana, président de SOPACDI, une coopérative de café du Sud-Kivu.

Vietnam: NAPP

Bien que le cacao ait été introduit au Vietnam par les Français dès le XIXe siècle, la production est restée marginale pendant plus d’un siècle. Ce n’est qu’en 2000 qu’un plan gouvernemental a été élaboré pour stimuler la culture dans différentes régions. Pour le moment, le Vietnam reste un petit acteur sur le marché du cacao, mais le potentiel est là. Toujours pour le cacao Fairtrade, ils ont pensé il y a quelques années au NAPP (Network of Asia and Pacific Producers), l’organisation faîtière des groupements de producteurs certifiés Fairtrade en Asie. Parce que les hauts plateaux du centre des provinces vietnamiennes de Dak Lak et Dak Nong sont des familles agricoles vulnérables, appartenant en partie à des groupes ethniques minoritaires. La stratégie du NAPP est de rassembler les agriculteurs en coopératives, de les éduquer sur les méthodes de production durables et de les mettre sur la voie de la certification.

450 familles

Le gouvernement joue un rôle clé dans l’économie vietnamienne, c’est pourquoi le NAPP était ravi que la Vietnam Cooperative Alliance soit intéressée à devenir partenaire du projet financé par le TDC. La première étape a été d’identifier les coopératives de cacao à potentiel.

La coopérative Ea Kar connaissait déjà le concept de commerce équitable du secteur du café, Krong Nong et Thanh. Ensemble, ils représentent environ 450 familles. Au cours de l’année 2016, un certain nombre de sessions de formation ont été organisées sur les normes. Les trois coopératives ont été visitées par des auditeurs et produisent 500 tonnes de haricots certifiés Fairtrade.

Cacao-Trace

Une entreprise qui a déjà trouvé son chemin vers le cacao vietnamien est Puratos en Belgique. Ce groupe fournit une large gamme de produits aux boulangers, pâtissiers et chocolatiers et a lancé la marque Belcolade en 1988, devenue depuis un label de qualité pour le chocolat belge. En 2016, Puratos a lancé la Next Generation Cacao Foundation. Ce fonds investit dans le développement social et économique des cacaoculteurs et des communautés faisant partie de Cacao-Trace, un projet qui a entre-temps été lancé au Vietnam, en Côte d’Ivoire et aux Philippines. Le premier résultat concret est “Vietnam 73”, un chocolat noir à base de fèves de Trinitario provenant d’agriculteurs vietnamiens.

Le programme Cacao-Trace offre aux agriculteurs une formation agricole. Ils peuvent livrer leurs haricots dans des centres post-récolte locaux, où l’entreprise s’occupe du processus de fermentation lui-même pour garantir une qualité élevée et une saveur constante. Cacao-Trace verse aux agriculteurs une prime supplémentaire, liée à la qualité qu’ils fournissent. De plus, il y a le “bonus chocolat”: par kilo de chocolat vendu ici en Europe, Cacao-Trace rembourse un bonus chocolat de 0,10 € aux producteurs de cacao. De cette façon, Puratos souhaite travailler sur une répartition plus équitable des bénéfices tout au long de la chaîne.

Burkina Faso: COOPAKE

Il y a un demi-siècle, neuf producteurs de mangues de l’ouest du Burkina Faso ont uni leurs forces pour mieux vendre leurs récoltes. Ils n’ont vraiment réussi que lorsqu’ils ont commencé à sécher leurs mangues avec des fours au milieu des années 90. De 2015 à 2017, TDC a soutenu leur coopérative COOPAKE. Tant l’espace de stockage des mangues livrées, les locaux où elles sont épluchées, les treize fours de séchage que l’espace de conditionnement ont été modernisés avec le budget disponible.

Mais cela ne résout pas les problèmes. Le manque de pluie se traduit parfois par une faible récolte de mangues. C’est pourquoi la coopérative diversifie ses activités depuis un certain temps. Le sésame, la noix de cajou et l’hibiscus sont des cultures répandues dans toute la ceinture sud-sahélienne. Pour réussir cette diversification, COOPAKE a postulé au programme de marketing TDC. De 2016 au début de 2018, un coach marketing s’est rendu quatre fois au Burkina pour réfléchir et travailler avec les responsables de la coopérative.

Percée

Une percée importante a été les contacts avec Ethiquable, une société coopérative française très active sur le marché belge. Notamment parce qu’Ethiquable aspire à une relation à long terme avec COOPAKE, soutient pleinement la diversification et utilise un préfinancement de 40% pour les commandes.

Ethiquable a également investi dans la transformation du sésame en huile de sésame dans une entreprise artisanale française, en attendant la vente d’un jus à base d’hibiscus (mélangé à des litchis de Madagascar) et prévoit également d’utiliser des noix de cajou grillées.

Peru: Cepicafe

Une histoire similaire, mais à une échelle beaucoup plus grande, se trouve au Pérou. La province de Piura est située dans l’extrême nord du pays. Il y a deux décennies, 200 caféiculteurs se sont réunis ici dans la coopérative CEPICAFE. Leur café de qualité a trouvé son chemin – et trouve toujours son chemin de nombreuses années plus tard – chez Oxfam Fair Trade.

Cependant, le flanc ouest des Andes est une région gravement touchée par le changement climatique. En partie à cause de cela, les agriculteurs ont été encouragés à se diversifier, par exemple dans le cacao et le sucre. En 2005, CEPICAFE a cofondé avec d’autres organisations paysannes de la région de NORANDINO. Cette coopérative parapluie est maintenant devenue une grande maison avec de nombreuses fonctions: un mouvement d’agriculteurs démocratiques de base qui est fortement engagé dans l’organisation sociale et promeut de manière convaincante les principes de l’agroécologie, une coopérative d’épargne et de crédit avec des formules de microfinance et une organisation commerciale qui marchés pour les produits de ses membres.

Évolution spéctaculaire

Entre 2010 et 2014, TDC a accompagné CEPICAFE dans le démarrage de ses activités cacaoyères. Divers projets dans les provinces de Piura, Tumbes et Amazonas ont couvert un large éventail d’initiatives, le fil conducteur renforçant l’organisation logistique et améliorant la qualité de la variété locale de cacao, la criollo porcelana. Les agriculteurs ont été formés, des systèmes de contrôle interne ont été mis en place, des points de collecte ont été construits, des certificats biologiques et de commerce équitable ont été obtenus et des plans pour la création de leur propre unité de transformation ont été étudiés.

En 2014, TDC a poursuivi le suivi de ce projet en associant 850 nouvelles familles, 200 issues d’une région plus pauvre et aux infrastructures très fragiles. Grâce à tous ces efforts, CEPICAFE a pu renforcer ses relations commerciales avec les grands importateurs en Europe et aux États-Unis qui choisissent pleinement un cacao de qualité et lui paient une prime supplémentaire.

Référence

Ethiquable a également été pendant toutes ces années étroitement impliquée dans l’évolution spectaculaire qu’a connue CEPICAFE / NORANDINO. «Aujourd’hui, NORANDINO est un partenaire commercial privilégié pour nous et une référence dans les processus de fermentation et le contrôle qualité», a déclaré Nicolas Eberhart, coordinateur Ethiquable Amérique latine. «Depuis 2015, nous nous engageons également sur l’unité de traitement qui démarrera prochainement. Cela permet aux coopératives de transformer elles-mêmes leurs fèves en masse de cacao liquide. Nous sommes également très désireux de traiter le cacao de tous nos partenaires équatoriens dans cette usine. De plus, selon nos calculs, 75% du prix FOB va directement aux producteurs, aucun de nos partenaires cacaoyers ne réussit mieux. » Le célèbre chocolatier belge Belvas s’approvisionne également auprès de NORANDINO.

Côte d’Ivoire

Marché cadenassé

La Côte d’Ivoire, de loin le plus grand producteur de cacao au monde, qualifie la chaîne de cacao de marché cadenassé, un marché très réglementé et fermé. Le rôle principal revient au gouvernement ivoirien. Pour chaque période de récolte, cela détermine non seulement le prix minimum pour l’agriculteur, mais aussi qui est autorisé à exporter. De grandes entreprises de transformation du cacao comme Olam, Cargill ou Barry-Callebaut ont donc tenté ces dernières années d’assurer un approvisionnement adéquat en étant très présentes sur le site.

Ce que cela signifie pour les dizaines de coopératives de cacao dans le pays a été immédiatement clair pour la coach marketing du TDC, Christine Englebert. «Le marché est bloqué. Penser avec eux au marketing ne consistait pas tant à prospecter de nouveaux clients, qu’à consolider les relations existantes et tout ce qui est nécessaire pour cela. Parce que souvent ils sont très dépendants de leur client actuel, également pour financer leurs opérations. »

Exercices et jeux de rôle

Début 2017, TDC a sélectionné huit coopératives ivoiriennes pour un programme de marketing composé de trois modules d’une semaine chacun. Les questions qui ont surgi étaient plus ou moins les mêmes partout: comment pouvons-nous, en tant que coopérative, nous présenter comme un partenaire fiable? Que faut-il pour cela? À quoi servent des certifications telles que Fairtrade ou Utz? Et surtout: comment pouvons-nous, en tant que petite coopérative, apprendre à traiter avec un grand commerçant de cacao? Comment une telle multinationale raisonne-t-elle? Comment devons-nous communiquer avec eux? Quels arguments pouvons-nous utiliser? Comment pouvons-nous avoir au mieux une conversation et comment la préparer?

« À travers des exercices et des jeux de rôle, j’ai essayé de leur permettre de trouver eux-mêmes des réponses à toutes ces questions », explique Dominique Derom, qui a coaché deux coopératives. « Il s’agit parfois de choses très concrètes. Par exemple, ils sont habitués à la parole du président de la coopérative. Mais ce n’est pas toujours la personne la plus forte en termes de contenu. J’ai essayé de percer quelque chose comme ça. S’ils vont à une conversation avec trois, il vaut mieux que tous les trois jouent leurs forces et aient leur mot à dire. »

Professionnalisation

Dominique a une belle anecdote sur l’impact de cette approche: « YEYASSO est une coopérative dans une zone assez reculée de l’ouest du pays, qui était une région instable depuis plusieurs années à cause de la guerre civile. Autrefois région de café par excellence, en partie à cause du changement climatique, le cacao devient de plus en plus intéressant. C’est une coopérative relativement importante avec OLAM et Barry-Callebaut comme clients, mais avec un surplus de cacao pour lequel ils recherchent des acheteurs supplémentaires.

« Pendant les sessions, nous avons travaillé sur leur histoire de vente. Nous l’avons également pratiqué et testé dans la pratique, jusqu’à une conversation avec Cargill. Par la suite, j’ai entendu quelqu’un de Barry-Callebaut qu’ils commencent à voir la différence là-bas. La façon dont les responsables de la coopérative s’étaient préparés pour la conversation, la façon dont ils ont écouté et interagi, c’était beaucoup plus professionnel. »

Afrique du Sud : tourisme équitable

Vers 2000, l’ONG sud-africaine Fair Trade Tourism (FTT) avait un plan ambitieux pour établir un système de certification équitable pour le tourisme, basé sur des critères tels que des salaires équitables, des conditions de travail décentes, une répartition appropriée des revenus, le respect de l’environnement et le respect pour l’individualité culturelle. Une attention particulière est également accordée au contexte sud-africain, avec des thèmes tels que l’éducation des travailleurs noirs, la cogestion par les Noirs et la sensibilisation au VIH et au sida. Près de deux décennies plus tard, le pays compte 79 “produits” certifiés, tels que des hôtels, des lodges, mais aussi des activités d’aventure.

En 2013, TDC a financé une étude pour étudier les opportunités de voyages certifiés FTT sur le marché européen. Les voyagistes peuvent appeler un tour approuvé par la TTF lorsqu’au moins 50% des nuits ou des activités sont certifiées TTF. En 2017, le compteur était de 38 voyagistes sud-africains et 21 européens. Cela comprenait également des voyages en Afrique du Sud au départ de Brecht qui ont mis le TDC en contact avec la TTF. Aujourd’hui, ils peuvent s’appeler le premier voyagiste belge avec deux voyages équitables dans leur offre. Le TDC a également soutenu la TTF dans sa stratégie visant à augmenter et à étendre le nombre de produits touristiques certifiés en Afrique du Sud à l’ensemble de la région de l’Afrique australe.

Sources:
Rapports et rapports du TDC.
Burundi
Colruyt: Un faible pour le café burundais, 04/06/2018, https://www.colruytgroup.com/wps/portal/cg/nl/home/verhalen/chainproject-koffee-Burundi/ chainproject-koffee-Burundi
Fondation Collibri: Burundi: travailler avec les coopératives de café, https://www.collibrifoundation.org/nl/story/burundi-werken-met-koffee-co%C3%B6perieven
Kampani: www.kampani.org
Efico: www.efico.com et www.eficofoundation.org
Vietnam
https://fairtrade-commerceequitable2.blogspot.com/2018/12/tdc-supports-cocoa-producers-in-vietnam.html
Puratos: www.cacaotrace.com
Burkina Faso
COOPAKE: coopake.com
Ethiquable: www.ethiquable.coop/page-dactualites-mag/nouvelle-cooperative-burkina-faso.
Pérou
Norandino: www.coopnorandino.com.pe
Ethiquable: http://www.ethiquable.coop/fiche-producteur/norandino-commerce-equitable-perou-cacao-cafe-fruits
Côte d’Ivoire
«L’approche humaine est cruciale», des coachs marketing du Trade for Development Center parlent de leurs expériences en Côte d’Ivoire, www.befair.be
Afrique du Sud
Tourisme équitable: www.fairtrade.travel
Photos
Responsable: Côte d’Ivoire – Dominique Derom
1. Dégustation de tasse – COCOCA
2. Grains de café – COCOCA
3. NAPP
4. Ethiquable
5. Belvas
6. Tourisme équitable

Coopératives appuyées par le TDC et les entreprises établies en Belgique

Download
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience utilisateur possible.